Les "bons points"

Je vous raconte MA césarienne

J'aurais pu écrire "je vous raconte mon accouchement" mais la césarienne n'est pas réellement un accouchement....C'est une naissance c'est certain, mais ça reste une intervention chirurgicale plus ou moins stressante et plus ou moins réussie.
Ma dernière césarienne a été une franche réussite et je remercie du fond du cœur l'équipe qui s'est occupée de moi (Maternité Régionale de Nancy pour les curieux) parce que, grâce à eux, je reste sur un merveilleux souvenir de naissance.




Beaucoup de mamans racontent leurs accouchements et je fais partie des mamans qui lisent les récits d'accouchement, parce qu'on est toutes un peu "traumatisées" par nos accouchements, pas forcément de façon négative, c'est même la plupart du temps positif, mais il est évident que ça nous marque à vie (physiquement et mentalement). Et bien sûr, on a à coeur de partager notre expérience avec les autres mamans. J'ai une amie qui organise des "tentes rouges" pour parler entre femmes et, pour y avoir participé 2 fois, j'adore ça! Echanger, verbaliser, partager....d'où ce blog ;-) et cet article!

Alors entrons dans le vif du sujet!


Je suis entrée à la maternité le dimanche 6 mai, vers 15h30. Là on m'a installée dans ma chambre (individuelle pour les césas, tant mieux j'aime partager, mais j'aime bien aussi dormir seule dans ma chambre ;-) ), on m'a fait une prise de sang, un monito pour vérifier que bébé était toujours en forme, puis on m'a expliqué ce qui se passerait le lendemain matin.
J'ai eu le droit à un repas léger, et on m'a signifié que je devais être à jeun à partir de minuit. Ensuite je suis allée prendre une douche avec de la Bétadine, j'ai avalé l'anxiolitique qu'on m'avait donné et hop au lit.

Mon mari a passé la nuit avec moi sur un "lit accompagnant" (ça déjà c'est super parce que pour les autres césas, dans un autre hôpital, il avait droit au fauteuil tout raide!).

Le lendemain matin, dernier monito pour bébé, et deuxième douche à la bétadine pour moi puis....patience...et oui dans les hôpitaux on attend toujours beaucoup mais ça paraît normal, le temps que tout le monde soit prêt!

Ensuite, vers 10H on est venu me chercher. On m'a emmenée au bloc. Là je dois l'avouer le stress commençait à monter....une infirmière m'a posé des questions pratiques du genre "Avez-vous des allergies?". On m'a présenté l'anesthésiste, très gentil, et son interne. On m'a expliqué ce qu'on allait me faire (rachianesthésie) et comment ça allait se passer.

Ensuite on m'a posé un cathéter sur la main. L'interne s'est loupé au premier essai, ça fait mal et surtout ça fait peur. Heureusement l'équipe me changeait les idées en discutant.
Puis on m'a posé la rachianesthésie. Soyons honnête quand j'ai su que c'était l'interne qui allait la poser j'ai tremblé.....MAIS il assuré et me l'a posée du premier coup sans aucun souci! OUF

Bon là déjà j'ai soufflé un grand coup, la rachi était posée, petit à petit je ne sentais plus le bas de mon corps, tout s'annonçait bien.
J'ai des soucis de tension (trop basse, je m'évanouis facilement) et là aussi l'équipe a assuré en maintenant ma tension à un niveau correct tout le temps (alors que lors des précédentes anesthésies j'ai perdu connaissance et sévèrement!!!).

Ensuite ils ont fait rentrer mon mari dans le bloc avec une jolie blouse, une charlotte et des cache-chaussures. Il s'est assis près de ma tête, il était aussi tendu et ému que moi, on allait rencontrer notre bébé!!!

Il faut savoir que mon mari n'a pas pu assister aux autres naissances, c'était sa première naissance!!!

L'obstétricienne est entrée en scène, j'aime beaucoup cette femme parce qu'on la sent efficace, professionnelle mais en plus MAMAN. Elle nous avait expliqué lors d'une visite qu'elle essayait au maximum de préserver le lien mère/enfant, père/enfant lors de ses césariennes.

Ils ont installé le "champ opératoire", c'est à dire une sorte de rideau pour qu'on ne voit pas ce qui se passe (vaut mieux tout de même hein). Nous étions donc, mon mari, moi-même, l'anesthésiste, l'interne et l'infirmière anesthésiste derrière ce drap, dans les "coulisses" pendant que l'obstétricienne et une autre personne (une interne? Là j'avoue que je n'ai pas retenu) entraient en action...


C'en est suivi un grand moment d'isolement dans ma petite bulle pour moi....J'entendais bien que l'anesthésiste échangeait avec mon mari sur différents sujets (pour lui changer les idées je pense), mais moi je n'étais plus avec eux, j'étais avec mon bébé....j'essayais de communiquer avec lui, de le rassurer (de ME rassurer?), et de lui dire qu'on allait bientôt se rencontrer, que tout allait bien se passer....qu'on serait vivants tous les deux (ET oui ça y est je l'ai dit, j'avais peur de mourir....J'ai eu peur de mourir à chaque césarienne...).
Je sentais tout ce qui se passait, je sentais (et j'imaginais) tout ce que l'obstétricienne faisait....couper, pousser, appuyer, écarter....c'est une sensation vraiment étrange, effrayante mais en même temps presque irréelle puisqu'il n'y a aucune douleur.
Puis je les ai senties en train de sortir mon bébé (à 10H14 précisément) et là on a entendu pleurer notre bébé (et j'ai pleuré aussi, de soulagement, on l'attend tellement ce premier cri). L'obstétricienne s'est exclamée "Oh quel beau bébé!" et elle l'a passé de l'autre côté du rideau pour que nous puissions le voir...

Quelle émotion....J'en ai encore les larmes aux yeux. Mon mari comme moi garderons, je pense, cette image gravée dans nos mémoires....Ce beau bébé tendu vers nous, en pleine santé et criant à pleins poumons.


Ils ont ensuite emmené le bébé dans la petite pièce à côté pour lui faire ses premiers soins et là, à ma grande surprise, ils l'ont remis près de nous, dans une petite couveuse. J'avais mon bébé à côté de moi pendant qu'on me recousait, je ne pouvais le quitter des yeux.



Une fois que j'ai été recousue, ils m'ont dit, pour mon plus grand bonheur, que "comme il n'y avait pas beaucoup de monde" ce jour là, ils n'allaient pas me mettre en salle de réveil avec les autres opérés, mais seule dans une petite pièce surchauffée (heureusement parce que je mourrai de froid, ça fait toujours ça après la rachi), avec le papa et le bébé, tous les 3 pendant 2 heures. Quel bonheur!! Lors des précédentes césariennes j'ai passé à chaque fois 2H en salle de réveil, seule, enfin avec des inconnus. A chaque fois j'étais heureuse parce que tout s'était bien passé mais c'était si long et j'étais si seule!
Nous avons donc passé 2 heures tous les trois dans cette pièce, sous surveillance mais ensemble. Papa a fait du peau à peau et j'ai eu un peu bébé contre moi aussi, nous lui avons donné sa première tétée et nous étions sur notre petit nuage.

Ensuite on m'a remonté dans ma chambre, et nous avons pu savourer ce moment ensemble.



Pour la suite ma rémission a été plutôt rapide, déjà parce que le mental était là, je me sentais heureuse et forte. Et puis le papa, a passé la première nuit avec nous alors il m'a bien aidé, parce que je devais rester allongée. Enfin j'ai eu la chance de participer à un nouveau protocole de gestion de la douleur et j'avais donc de la morphine directement injectée au niveau de la cicatrice avec un cathéter, j'ai donc pu me lever dès le premier soir et le lendemain de la césarienne, je me déplaçais seule.



Voilà, mon récit était un peu long, mais je sais qu'avant de connaître moi-même la césarienne, j'étais friande de ces récits plein de détails qui t'expliquaient réellement les choses. J'espère donc, par ce partage, rassurer certaines mamans inquiètes. Bien évidemment toutes les césariennes ne sont pas aussi réussies et vous lirez aussi des expériences plus angoissantes mais sachez que ça peut aussi très bien se passer et être vécu presque comme un accouchement naturel ;-)


Commentaires